Guirassy Courtet AJA

Sehrou Guirassy et Gaëtan Courtet, les deux hommes forts ajaïstes de l’année 2016, Actu-AJA
Crédit Photo : AJA

Alors que l’année civile 2016 se termine ce samedi soir, l’AJA a vécu douze mois compliqués. Retour sur les tops et les flops de cette année.

Ce n’est pas les résultats actuels qui vont nous faire espérer une montée, pire encore avec une 19ème place et seulement 16 points engrangés. La saison dernière, Auxerre avait terminé 8ème avec 55 points. On est loin des objectifs affichés. Aussi, 3 entraîneurs se seront succédés cette année, rare pour être souligné : Jean Luc Vannuchi, Viorel Moldovan et Cédric Daury. Pour finir, l’année 2016 aura marqué un tournant pour l’AJA avec le rachat d’une partie du club par la société ORG Packaging.
Bref, tout ça pour dire que l’année a été rude alors finissons-là sur une note de légèreté avec les tops et les flops de 2016 à l’AJA.

Les tops 👍👍 :

Gaëtan Courtet : Le patron de l’attaque !

Tout simplement décisif ! L’homme de 2016, c’est bien lui ! Buteur mais aussi passeur décisif, Courtet a été dans tous les bons coups cette année. Avec 24 buts et 14 passes décisives depuis son arrivée il y a 1 an et demi, l’ancien rémois nous aura comblé, et on espère qu’il fera parti des sauveurs de l’AJA. Dommage, qu’il soit trop souvent seul à faire les gestes justes… Venu pour aider le club à marquer des buts, il remplit son objectif avec brio et pourquoi pas terminer meilleur buteur ou meilleur passeur décisif ?

Zacharie Boucher : C’est du solide !

On appelle les gardiens : le dernier rempart. Et là, c’est le cas de le dire ! Auteur de nombreux arrêts, parfois déterminants et spectaculaires, le Réunionnais aura su se montrer à la hauteur en remplaçant Donovan Léon. Va-t-il partir ou non ? On ne le sait pas encore mais une chose est sûre, l’AJA a grand besoin de lui dans sa quête pour le maintien. Il fait sans aucun doute partie des meilleurs gardiens de sa génération notamment en Ligue 2 où il n’a rien à envier aux autres portiers plus expérimentés !

Sehrou Guirassy : Un prêt XXL

Arrivé en janvier dernier pour un prêt jusqu’à la fin de saison, Sehrou Guirassy aura montré tout son talent au Stade Abbé-Deschamps. Avec 8 buts et 2 passes décisives, le joueur prêté par Lille aura su parfaitement bien s’accorder avec Gaëtan Courtet ou le remplacer en cas de baisse de régime. Il aura donc marqué les esprits durant les 6 mois où il sera resté.
Depuis, l’attaquant français a rejoint l’Allemagne et le club de Cologne pour 5 ans. Malheureusement, il n’est apparu que 5 fois pour 65 petites minutes de jeu.

Les flops 👎👎 :

Un mercato d’été trop mouvementé

Cette saison encore, le mercato de l’AJA a été chargé mais celui-ci fut particulièrement compliqué… En manque de fonds, le club a laissé partir beaucoup de joueur, beaucoup trop. En contrepartie, d’autres sont arrivés mais il est difficile de reconstruire une véritable équipe avec tant de changements notamment dans les joueurs cadres. Alors, l’AJA a été chercher des joueurs du centre de formation avec plus ou moins d’expérience comme Ayé, Boto, Diallo, Fumu Tamuzo, Goujon, Montiel, ou encore Sissoko qui ont dû très vite s’adapter au niveau de la Ligue 2, avec pourtant très peu d’expérience et peu de repère. L’AJA a donc commencé la saison avec l’équipe la plus jeune des 20 clubs de Ligue 2. Et durant le mercato, l’AJA a engendré pas moins de 11 départs comme Gragnic, Berthier, Puygrenier, Seck … pour 7 arrivées Fournier, Laspalles, Mathis, Tacalfred, Touzghar, Traoré, Sparagna. Compliqué donc de commencer une nouvelle saison dans de telles conditions avec aussi l’arrivée très tardive de Touzghar dû à des problèmes avec la FIFA qui n’a pas arrangé les choses.

Moldovan : Une erreur de casting

Arrivé après l’Euro auquel il participait en tant qu’entraîneur adjoint de la Sélection Roumaine, Moldovan devait apporter son savoir-faire pour faire progresser l’équipe icaunaise. Finalement, 3 petits mois et puis s’en va ! Après des déclarations cinglantes contre ses propres dirigeants au micro de Bein Sports, le roumain a été remercié dans la foulée puis remplacé par Cédric Daury. Il partira avec cette dernière phrase : « j’espère que je me suis sacrifié pour quelque chose ». Considérant qu’on lui avait menti sur le projet, ses résultats ne sont pas au rendez-vous.
Son bilan avec l’AJA : 1 victoire 3 nuls et 5 défaites pour 4 buts inscrits et 9 encaissés. On ne peut malheureusement pas retenir grand-chose d’autre durant cette courte période à part cette victoire 4-2 à Bourg en Bresse.

Mouhamadou Diaw : Méconnaissable !

Après une saison 2014-2015 excellente avec les Chamois Niortais où il fera partie de l’équipe type de la saison, Mouhamadou Diaw devait donc être une excellente pioche pour l’AJA. Et finalement, on aura rien vu ou presque, le néant. Avec 1 but et 4 passes décisives en 19 matchs de Ligue 2, il aura manqué d’impact dans le jeu auxerrois, et ne nous aura pas démontrer ses qualités comme chez les Chamois. Son âge avancé, 34 ans est peut-être l’une des causes à tout cela mais il partira en février 2016 dans le plus grand des silences, sans laisser de bon souvenir.
Le sénégalais a donc été prié de voir ailleurs et Fréjus lui a ouvert les bras ! Il a participé à 10 matchs pour 1 petit but mais tout de même 5 talents Foot National (récompense fictive attribué à l’homme du match de chaque équipe). Comme quoi le petit Sénégalais n’a tout de même pas encore dit son dernier mot mais son passage en terre bourguignonne a été infructueux, et bien en dessous des attentes.

A lire aussi :

>> AJA : Les tops et les flops de la 1ère partie de saison

>> FX Fumu Tamuzo : l’homme patient

>> AJA : Les faits marquants à mi-saison